bouton-retour.png

Note 1.1

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Se faire aider

Être aidé, c’est avant tout avoir le courage de demander de l’aide. Le parent endeuillé, le plus souvent confronté à une douleur et un chagrin indicibles n’osent pas demander de l’aide à son entourage qui ne comprend pas très bien le deuil périnatal. Pourtant, une personne en deuil a besoin des autres, de se faire aider, pour avancer dans le processus du deuil. Elle peut osciller entre un besoin de devoir surmonter ce drame seule, par fierté ou pudeur, et un désir de se faire accompagner et soutenir quand tout s’écroule autour de soi.

Voici une liste de liens de sites de deuil périnatal qui m’ont aidé à traverser mon deuil :

Association Petite Emilie est un site complet et un forum très actif pour les parents confrontés au deuil périnatal

Association SPAMA soutient les parents confrontés à la fin de vie de leur bébé, et organise des cafés rencontres dans les grandes villes

Nos tout-petits accompagne les parents face au deuil périnatal

Souvenange accompagne les parents par la photographie dans leur deuil périnatal

Lou’Ange  confectionne des layettes et des couffins destinés aux enfants nés sans vie

Les réseaux

Les réseaux sont des groupes de personnes qui s’articulent et interagissent les unes avec les autres, de manière formelle ou informelle.

Dans le cadre du deuil, ceux qui comptent le plus sont les réseaux familiaux, les réseaux amicaux et les réseaux associatifs. Le deuil périnatal nous force à évaluer la qualité de notre réseau de soutien. Trop souvent, le réseau familial et amical est défaillant ou inexistant, les parents endeuillés se tournent alors vers les réseaux sociaux ou associatifs. Appartenir à une communauté permet de rompre la solitude et de se faire aider d’une manière inespérée, seules ces personnes vivent le même deuil que nous et nous comprennent.

Sur Facebook, j’ai rejoint ces groupes fermés de deuil périnatal :

  • QUELQUES MOIS ENSEMBLE : Deuil périnatal

  • Img et Deuil périnatal

  • Nos Petits Anges au Paradis : Deuil Périnatal

  • Chemin des Etoiles : Deuil périnatal

  • Par'anges

Les thérapies

La psychothérapie

Consulter un psychologue ou un psychiatre peut nous aider à traverser le deuil périnatal quand on a l’impression de ne pouvoir s’en sortir seul. Le chemin de la construction est long et complexe, avec l’aide d’un professionnel nous pouvons trouver des points de repères, des balises à notre deuil.

De mon côté, je suis une psychothérapie. La pédopsychiatre avec qui je m’entretiens régulièrement m’a permis d’exprimer mes émotions, de libérer mon chagrin, d’apprendre à parler ouvertement d’Angelina, d’intégrer la mort de mon enfant et d’accepter cette nouvelle femme que je suis devenue.

En pratique, la psychothérapie a été prise en charge par le CHU de Nice, les séances de 30 minutes se déroulaient directement à l'hôpital au service du CPDPN. Au bout de 5 séances environ, la cure s'est poursuivie au cabinet privé de la pédopsychiatre à raison de 2 séances de 45 minutes moyennant la somme de 80 euros par séance, dont une partie est remboursée par le CPAM et la mutuelle.

La kinésiologie

Peu connue du public, la kinésiologie est une discipline scientifique qui étudie les mouvements du corps. Elle peut aider sur des problèmes physiques et psycho-émotionnels.

Une séance a suffi pour libérer mon trop plein d’émotions, dont la culpabilité qui est revenue à 2 reprises. Nous avons travaillé à effacer le poids de toute cette culpabilité qui me ronge depuis le décès de ma fille, par des exercices de respiration, de concentration et de stimulation. J’ai réussi à atténuer ce sentiment (impossible de le supprimer complètement), si bien que j’ai senti que le lien qui m’unit à Angelina est désormais plus pur basé principalement sur l'amour et non sur des émotions négatives piégeuses et néfastes.

En pratique, la séance dure 1 heure, j'ai déboursé 60 euros, pas de prise en charge par le CPAM.