top of page

Fête des mères et deuil périnatal

Dimanche 26 mai 2019. Aujourd’hui, dernier dimanche du mois de mai, c’est la fête des mères. Je sais déjà que mes enfants et mon conjoint m'ont préparé des cadeaux mais je n'ai pas envie de célèbrer cette fête qui me rappelle cruellement que je suis maman d'un enfant au ciel. Mon moral est au plus bas, je ne pense qu’à toi Angelina, tu devrais être dans mon ventre, à me donner des coups, à chercher ma main qui caresse tes petits pieds et ton dos rond. Aujourd’hui, je devrais être à 34 sa, et toi tu aurais réagi à ma voix, à celle de ton papa, de tes sœurs. Mais le destin en a décidé autrement, nous n’avons pas pu passer la fête des mères ensemble, toi dans les cieux, moi sur cette terre, loin de toi, à jamais sans toi. Fais-moi un signe mon ange, je te promets de regarder partout où je vais, montre à maman que tu es avec moi, que notre amour est plus puissant que la mort, envoie-moi un signe mon amour pour que je sèche mes larmes, juste un signe ma douce Angelina pour me donner la force de sourire.


Après avoir essayé en vain de trouver une table à la halle gourmande de Nice, nous nous rendons dans le vieux centre, à 5 kilomètres, pour déjeuner dans un restaurant italien que j'affectionne particulièrement. Le destin m'envoie là bas, ce ne sera pas un hasard, disons plutôt une synchronicité.

L'attente estimée à 30 minutes est agréable, le soleil brille, il fait super beau, l'ambiance dans la rue est agréable. Un chanteur de soul et Rhythm&Blues, crâne rasé, lunettes noires, chemise blanche à manches longues retroussées, jean bleu brut, assis à deux pas du restaurant, entonne Stand by me avec sa guitare électrique. Il y a du groove, du vibrato, de la pureté dans sa voix, je suis transportée comme la trentaine de passants qui l’entourent par les ondes positives qu’il émet. Aaron Lordson avec sa voix de crooner, laisse courir ses doigts sur sa guitare. Mes poils s’hérissent, j'ai la chair de poule, je reconnais immédiatement les notes deBaby Can I hold you, les paroles résonnent dans ma tête et dans mon cœur, certaines sont modifiées par mon esprit pour me connecter totalement à Angelina. Sorry…. Is all that I can say …. Words don’t come easilly…. Like sorry like sorry ….(Désolée, c'est tout ce que je peux dire, les mots ne viennent pas aussi facilement, que désolée, que désolée). La tristesse m’envahit, je n’ai pas la force de la contenir, je suis désolée mon ange, je suis tellement désolée pour toi, pour nous. Forgive me…. Is all that I can say… Like forgive me forgive me(Pardonne-moi, c'est tout ce que je peux dire, que pardonne-moi, pardonne-moi). Les larmes coulent sur mes joues, une véritable fontaine, mes lèvres tremblent, mes jambes et mes mains aussi, chaque parcelle de mon corps vibre pour Angelina, j’ai l’impression que je suis littéralement foudroyée par l’intensité de cet instant, d’instinct je me suis détournée de mon mari et mes filles pour cacher ce torrent d’émotions. Je fais face aux nombreux clients de la terrasse mais je ne les vois pas, je ne les entends pas, tout mon être est connecté à la sublime interprétation du tube de Tracy Chapman…. But I can say my baby… Baby can I hold you tonight(Mais je peux dire mon bébé, bébé puis-je te serrer dans mes bras ce soir). Oui ce fameux soir où j’ai pu te prendre dans mes bras trois petites heures, après t’avoir mise au monde, ce monde que tu n’auras jamais vu…. You’d be mine… I love you(Tu serais mienne, je t'aime) Une boule monte dans ma gorge, j’ai dû mal à respirer, je n’arrive pas à gérer toutes ces émotions, cette chanson d’amour est magnifique, elle est pour moi, pour ma fille, je sens qu’elle est là, tout autour de moi pour la fête de sa maman, elle me dit qu’elle m’aime, et mes larmes ne sont qu’amour pour elle… Like I love you, I love you(Que je t'aime, je t'aime). La serveuse se positionne devant moi, ses grands yeux verts percent mes lunettes de soleil, elle vient m’annoncer qu’une table de quatre personnes s’est libérée à l’étage… You’d be mine, you’d be mine(tu serais mienne, tu serais mienne) Sa douce voix et son empathie me reconnecte à la réalité. Nous la suivons un peu surpris par cette subite disponibilité d'autant plus qu' il y a encore des familles qui font la queue, peut-être voulaient-elles une table en terrasse. Nous n’avons attendu que cinq minutes, le temps d’une chanson pendant laquelle j’ai été téléportée dans un autre univers, un espace spatio-temporel au plus proche du paradis, où je pouvais te sentir Angelina, ressentir ta présence et tout ton amour mon bébé.



Merci Angelina, mon ange, mon étoile la plus brillante, mon éternel amour d'avoir rendu cette journée si spéciale.

Posts similaires

Voir tout

Le choix

Comments


bottom of page