Deux ans, déjà!

Deux ans déjà. Deux ans sans elle. Deux années à porter Angelina dans mon coeur, à défaut de pouvoir la porter dans mes bras. Ce temps qui m'éloigne d'elle, de notre rencontre, des baisers sur son petit nez. Et paradoxalement, les années écoulées me rapprochent de nos retrouvailles. Nos mondes sont parallèles, ils ne se rejoignent que par un pont imaginaire que j'ai eu la chance d'emprunter une fois pour lui rendre visite à l'occasion d'un rêve. Je sais qu'Angelina peut le traverser régulièrement pour manifester sa présence dans le monde des vivants. Elle a fait des miracles l'année dernière. Grâce à elle, nous avons passé une douce journée remplie d'amour et de joie. Cette année encore, nous sommes attentifs aux signes qu'elle nous envoie....



Nous avons célébré le deuxième anniversaire de notre enfant décédé, Angelina.
Anniverciel

Désormais un rituel est instauré, celui de passer son anniverciel dans la joie et les rires. Son papa en a décidé ainsi, un anniversaire se doit d'être festif, et plus particulièrement celui de sa fille Angelina. Pas de place pour la tristesse, les pleurs, cette journée lui est dédiée, nous allons honorer sa mémoire avec de bonnes ondes positives. Sa grande soeur est tout aussi excitée, elle ne cesse de répéter d'avoir hâte de fêter l'anniversaire de sa petite soeur. Je suis sûre qu'Angelina a hérité du même enthousiasme. Je n'ai pas du tout la même énergie. Je suis épuisée psychologiquement, je me sens irritée, perdue, angoissée face au scénario qui se répète. Un autre printemps durant lequel des efforts ont été demandés aux français afin de freiner la pandémie mondiale. Nous sommes de nouveau privés de notre liberté de célébrer l'anniverciel d'Angelina comme nous le souhaitons. Mon moral en prend un coup, mon enthousiasme redescend de manière aussi vertigineuse que les températures de la semaine. L'angoisse monte, plus rien n'a de sens. Je ne peux pas contrôler la pandémie, le temps qu'il fait, mes émotions oscillantes, j' aurais juste aimé pouvoir me projeter pour ce jour particulier. Je vais m'adapter, je n'ai pas le choix. J'ai confiance en Angelina...

Le matin de son anniverciel, je reste figée dans mon lit, bien incapable d'organiser mes pensées, de me projeter dans les derniers préparatifs de la fête. Le chagrin me cloue sur place. Et si je passais la journée enveloppée dans ma couette avec une boîte de mouchoirs et une tablette de chocolat, je m'y sens en sécurité affective, c'est douillet, c'est réconfortant. Pleurer ma fille, allumer une bougie pour elle, lui adresser quelques mots d'amour, c'est tout ce dont j'ai besoin... Je me raisonne. Je dois m'en tenir à notre rituel, assurer mon devoir de mère. Je me lève avec difficulté, croise mon reflet dans le miroir, je m'arrête un instant pour faire le bilan. De plus en plus de cheveux blancs sur les tempes, des ridules au coin des yeux, les traits hagards et fatigués. Et ce regard terne, sans éclat, recouvert d'un voile de tristesse. Voilà à quoi ressemble aujourd'hui mon visage de mère endeuillée. En refermant la porte de la chambre, je la vois tout de suite. Angelina m'a envoyé son premier signe. Un papillon de nuit sur le mur du couloir. Je me sens déjà mieux, Angelina est avec nous. Mon petit papillon d'amour.


Comme l'année précédente, je prépare un gâteau au chocolat au goût de nuage, cette fois-ci il sera en forme de papillon nappé de caramel au beurre salé. Pendant ce temps, mon mari et les filles gonflent les ballons auxquels ils ont ajouté des petits mots en forme de nuage et arc en ciel. Nous avons prévu un goûter dans un grand parc naturel de 100 hectares dont l'une des entrées se situe à cinq kilomètres. Nous mesurons notre chance de pouvoir nous y rendre en cette période de confinement. Toujours attentive aux signes, je cherche un endroit où nous installer. J'aperçois une hirondelle sautiller au milieu des pâquerettes au bout de la clairière. C'est l'endroit parfait pour rendre hommage à Angelina. Nous prenons chacun deux ballons, formons un cercle et crions 'À Angelina' en les lâchant. Ils s'envolent vite, ils parviennent à traverser les nuages avec autant de force que notre amour pour Angelina. Nous nous installons pour le goûter, je dépose la bougie en forme de 2 sur une des ailes du papillon en chocolat, nous soufflons ensemble tout en empêchant bébé arc en ciel de marcher sur le gâteau, je coupe une part pour Angelina. Un pétillant aux pommes, nous trinquons 'À Angelina', à cet instant les rayons du soleil passent entre les nuages, c'est puissant. Très vite, les filles décident de jouer au loup, elles sont rejointes par un papillon blanc. Je capture cet instant magique à l'aide de mon téléphone, mon petit papillon d'amour danse au-dessus des pâquerettes et s'envole de nouveau vers le ciel. Des larmes coulent sur mes joues. Angelina est bien présente avec nous, ce signe fort me donne du baume au coeur. J'aime tellement ma fille, comme elle me manque.




Une fois de plus, cette journée tant appréhendée s’est très bien passée. La joie, les rires se sont substitués au chagrin, le climat anxiogène du troisième confinement a été remplacé par une véritable bouffée d’oxygène dans un cadre verdoyant et agréable. Nous avons réussi à vibrer d’ondes positives pour Angelina, nous avons tenu notre engagement de faire une belle fête pour elle.

Angelina, mon petit papillon d'amour.

Merci à toi d’avoir rendu possible ton anniverciel avec autant d’amour, de douceur et de joie.

Merci à toi de nous protéger, de veiller sur nous chaque jour.

Merci à toi mon ange, mon étoile la plus brillante, mon éternel amour.

Nous te souhaitons un doux anniverciel.

Ta famille qui t’aime inconditionnellement, éternellement.

Posts similaires

Voir tout